Quelles sont les particularités du café colombien ?

café colombien

Publié le : 02 juillet 20237 mins de lecture

Avec un total de 7,5 % de la production mondiale, la Colombie se positionne en troisième place des pays producteurs de café, juste derrière le Brésil et le Vietnam. Depuis son apparition au XVIIIe siècle sur les terres colombiennes, ce petit grain au parfum envoûtant permet la subsistance de nombreuses familles qui vivent grâce à leurs plantations. La production de café colombien représente à elle seule 22 % du PIB du pays, constituant ainsi une part non négligeable de son économie.

Les spécificités des cafés de Colombie

Sur le marché mondial, les cafés de spécialité de Colombie sont reconnus pour leurs arômes authentiques et subtils. Ce café arabica allie harmonieusement des saveurs de chocolat, de caramel et de noix, avec une légère pointe d’acidité qui lui confère un goût fruité, créant un équilibre parfait entre douceur et caractère. Il est Cultivé dans une vingtaine de régions colombiennes, notamment Mariño, Antioquia ou encore l’incontournable Eje Cafetero (le triangle du café en français). Chaque région offre une palette de saveurs uniques aux cafés de Colombie vendus sur la planète. Les producteurs de ce précieux nectar lui accordent un soin tout particulier, garantissant l’obtention d’un produit de qualité supérieure. Le café originaire de cette région est ainsi très prisé à travers le globe, tant par les pures amateurs que par les fins connaisseurs. Son goût raffiné et sa renommée en font une expérience sensorielle inoubliable.

Une histoire mouvementée

Le café colombien a fait son apparition au XVIIIe siècle dans la ville de Santander, au nord-est du pays. Dès 1730, le prêtre José Yumiya mentionne des plantations sur le territoire colombien. Au XIXe siècle, la culture s’est progressivement étendue, soutenue par la forte demande des États-Unis et de l’Europe. L’économie colombienne a connu des défis tout au long de son histoire. La guerre des 1000 jours au début du XXe siècle a impacté les prix internationaux du café, provoquant la faillite des grandes exploitations et favorisant les petites fermes familiales. Pour protéger la production nationale, la FNC (Fédération Nationale des Cultivateurs de Café de Colombie) a été créée en 1927. Une période difficile, appelée « Violencia » », a secoué le commerce du café de 1937 à 1960. Les années 80 ont été marquées par la rouille orangée du caféier, dévastant les cultures. Les producteurs ont alors développé des variétés plus résistantes pour maintenir leurs rendements.

Les différentes étapes de culture

Le café de Colombie se décline en plusieurs variétés : Castillo, Caturra, Typica ou encore Bourbon. Ces variétés sont soigneusement sélectionnées par les producteurs et cultivées dans les règles de l’art inspirées par les traditions locales. Une fois les cerises arrivées à maturité, chaque grain est délicatement récolté à la main puis traité soit d’après les principes de la méthode dite « laver » soit via la méthode dite « naturelle ». La technique dite « laver » est la plus utilisée. Elle consiste à tremper les cerises de café dans l’eau puis à en extraire les grains et à les laisser fermenter de 12 à 48 heures. Ces derniers sont ensuite nettoyés, séchés puis stockés ou exportés. Bien qu’ils soient très attachés à la culture traditionnelle des spécialités de café de Colombie, de nombreux producteurs adoptent désormais des pratiques agricoles biologiques, évitant l’utilisation de pesticides et favorisant la biodiversité. La Colombie exporte son délicieux café partout dans le monde et il est facile de s’en procurer grâce aux multiples boutiques en ligne comme cafedoriant.bzh.

Les secrets de la torréfaction colombienne

Si le café colombien possède des arômes si particuliers, c’est aussi grâce à sa torréfaction de qualité. Les torréfacteurs utilisent soit une flamme traditionnelle pour contrôler avec précision l’intensité du processus soit un tambour plus moderne pour une meilleure répartition de la chaleur et une homogénéité de la cuisson des grains. Selon le niveau de torréfaction choisi, on obtient des saveurs diverses et variées. La Colombie est connue pour sa torréfaction à intensité moyenne qui apporte à son café en grains un équilibre parfait. Après cette minutieuse préparation, il ne reste plus qu’à choisir entre café en grains et café moulu. Une affaire de préférences. Néanmoins, il est bon de savoir que le café en grains conserve sa fraîcheur et son goût plus longtemps tandis que le café moulu doit être consommé plus rapidement afin de ne pas perdre ses précieuses saveurs.

Les grandes propriétés du café

Le café est la troisième boisson la plus consommée au monde, après l’eau et le thé. Nombreux sont ceux qui commencent leur journée en dégustant cette savoureuse préparation tandis que d’autres s’en délectent après un copieux repas. Les bienfaits du café sur la santé sont nombreux. Riche en antioxydants tels que les polyphénols et les flavonoïdes, le café est utile pour la protection des cellules, la réduction des inflammations, la prévention du mauvais cholestérol et la réduction du risque de développer certains cancers. La caféine présente dans cette boisson stimule en outre la concentration, la mémoire, les fonctions vasculaires et contribue à la prévention des pathologies dégénératives. Elle boost également la production de dopamine et de sérotonine ce qui améliore l’humeur. Ses multiples propriétés sur la santé et son goût qui ravit les papilles font du café un allié plein de vertus au quotidien. Cela dit, chaque individu possède sa propre sensibilité et ce breuvage millénaire doit être consommé de manière raisonnable.


L’art de la personnalisation : comment les fèves sur mesure transforment les galettes des Rois en objets de collection
Praliné, chocolat, speculoos, caramel au beurre salé : pourquoi on aime tant les pâtes à tartiner !

Plan du site